Il faut imaginer Sisyphe heureux

                                                                                                                                  Albert Camus

 

 

Qu’importe le temps passé, pourvu que l’œuvre se charge de ressentis et forge de puissantes révélations. On imagine ce qu’il reste à faire, dans ce temps-là qui nous attends, dans un temps ouvert à la conscience que l’on a de soi-même et de ce qui nous entoure.   

 

 

 

                   

Intervention avec Jean Baptiste Farkas le 7 avril 2019, Musée d'Art Moderne de Paris.