Une figure du temps 

Il s'agit ici, de regarder chaque oeuvre comme la possibilité de l'expérience d'un temps, laissant l'effet se répandre et se propager.

Dans le blanc du tableau, dans la ligne et dans ce qui est entre les lignes, il est donné à voir une surface agissante, un rythme venant et repartant à la manière d'une respiration, d'une cadence, d'un tempo.

J'aime cette expérience d'un temps nous demandant de ralentir notre course, voire de nous immobiliser et de faire appel à nos ressentis pour reconsidérer notre perception, écouter le silence, considérer le vide, se défaire des lieux communs, des pensées toutes faites pour accueillir ce temps suspendu, l'expérience du regard haptique à l'épreuve du temps.

C'est relancer notre rapport au monde, par une sollicitation imperceptible et néanmoins active de nous-mêmes. Qu'importe le temps passé, pourvu que l'oeuvre se charge de ressentis et forges de puissantes révélations.

On image ce qu'il reste à faire, dans ce temps-là qui nous attends, dans ce temps ouvert à la conscience que l'on a de soi-même et de ce qui nous entoure.

 

Carol Cultot, 8 octobre 2015 (extrait)